Maquette avion Oiseau Blanc Levasseur en bois

Nouveau

Cet article n'est plus en stock

149,00 €

Ajouter à ma liste

Fiche technique

videoAZDijDdPlfY
Dimensions34,5 x 51,5 cm
Echelle1/28 ème
Matierebois massif
Peintureà la main
SocleAcacia

Plus d'infos

Réalisée en bois massif, sculptée et peinte à la main, cette magnifique maquette de collection sur socle en Acacia est une réplique détaillée et parfaite de cet avion légendaire.

L'Oiseau blanc est un avion biplan qui a disparu le 8 mai 1927 avec ses deux pilotes, les Français Charles Nungesser et François Coli, lors de la première tentative de traversée aérienne de l'océan Atlantique Nord sans escale entre Paris et New York.

Moins de deux semaines après leur disparition, l'Américain Charles Lindbergh est le premier à réussir cette traversée à bord du Spirit of St. Louis.


La disparition de l'Oiseau blanc est considérée comme l'un des plus grands mystères de l'histoire de l'aviation. De nombreuses hypothèses ont circulé sur le sort de l'appareil et de ses passagers, mais la plus communément admise est qu'ils ont été pris dans un grain ou dans le brouillard et précipités dans l'océan.

Toutefois, plusieurs enquêtes effectuées à partir des années 1980 laissent supposer que l'Oiseau blanc aurait atteint Terre-Neuve et se serait écrasé sur cette île, ou vers Saint-Pierre-et-Miquelon ou encore près de la côte du Maine, aux États-Unis.

L'Oiseau blanc a laissé un important héritage et est évoqué dans quelques films, chansons et musées. De nombreuses rues, en France, portent les noms de Nungesser ou Coli. Une statue ainsi qu'un mémorial ont été érigés à l'aéroport Paris-Le Bourget, leur point de départ, et à Étretat, où ils ont été aperçus pour la dernière fois depuis la France.

Nungesser et Coli participent à l'élaboration de leur nouvel appareil, un Levasseur PL.8 dérivé de l'avion de reconnaissance PL.49. Le PL.8 est construit en bois et baptisé l'Oiseau blanc par Nungesser. On appose les marquages tricolores bleu-blanc-rouge sur les ailes et la dérive de l'appareil.

On le déleste de tout poids inutile : Nungesser et Coli partent ainsi sans radio, ni canot de sauvetage. L'équipement du tableau de bord est sommaire, en particulier en ce qui concerne le contrôle du vol sans visibilité, auquel l'équipage est peu entraîné. Toujours dans un souci d'économiser du poids et de gagner en aérodynamisme, le train d'atterrissage est conçu pour être largué après le décollage  ; l'arrivée prévue à New York est un amerrissage devant la statue de la Liberté.

Dans l'après-midi du 9 mai, à New York, une importante foule se rassemble pour assister à l'exploit de Nungesser et Coli. Des dizaines de milliers de personnes se pressent à Battery Park pour embrasser le panorama du port de New York et de la statue de la Liberté où l'Oiseau blanc doit amerrir. Des rumeurs circulent : l'avion aurait été aperçu à Terre-Neuve ou survolant Long Island.

Le succès du vol de Nungesser et Coli est annoncé, à Paris, vers 23 heures à l'Aéro-Club de France. Plusieurs journaux français, dont La Presse, relaient l'information, mais ni l'Oiseau blanc ni ses pilotes ne seront jamais revus.